No tinc paraules… són milers de sensacions

Ça fait déjà quelque temps, une ascension de Moixerò nous emmène en plein milieu de la zone de la Merola. Prés du chateau de Mataplana.

Une passagère,la Montserrat nous laisse un dessin fait avec du café et des cendres de tabac.

Le voyage magnifique, la compagnie magnifique aussi, le dessin tres beau.

Il y a écrit en catalan: « No tinc paraules….  són milers de sensacions »

« Je n’ai pas de mots… ce sont des milliers de sensations »

Je suis bien content de le publier maintenant.

IMG_20160309_181513
No tinc paraules… son milers de sensacions

 

 

Ascension du 27 janvier.

DSCN3161
Vallée de l’Angust qu’on suivrait, avec le Four solaire et Font Romeu au fond.

Un décollage doux depuis le parc Sant Guillem de Llivia. Une première partie de vol en caressant arbres et prés vers Puigcerdà. En moyenne altitude on rejoint le vent W qui nous ramène à Llivia, le Chateau, on descend à Estavar et on envisage de survoler Bajanda et aller vers Callastres et la Perche.

Mais non le vent nous fait monter premier vers Egat et ensuite remonter l’Angust et le rec de Bajanda on on voi des cerfs.

On s’enfile un peu en hauteur et on survole l’Hippopotame pour enfiler droit ver le Four d’Odeillo qui reste a gauche et le village de Via qu’on survole en disant bonjour aux éleves et professeurs de l’école.

On trouve un bon terrain avant d’arriver au rec de Ricaut où on se pose en traînant un peu la nacelle.

Bonne expériènce de vol dans une zone pas trop connue et trés belle.

Bonnes sensations bonne compagnie.

Merci à Evelyne et Hubert, et à Solange dont c’est son anniversaire  et Michel pour la compagnie, le partage de sensations et la confiance.

Merci à Carles pour la récupération.

IMG-20160127-WA0007
Après le vol et d’avoir rangé le matériel une petite coupe de champagne en honneur des noveaux aéronautes.

 

Les beaux jours d’hiver

Image en altitude 20160124
Image en altitude 20160124

L’hiver les jours calmes sont

 

bien calmes.

Et clairs.

Les vents nous laissent monter haut, bien haut.

L’ascension de dimanche on dépasse les 3.000 metres. Ce n’est pas toujours le cas et la nature capricieuse nous réserve sa particulaire vision de ce qu’elle doit nous permettre. Il faut écouter et sentir et confier.

Nous laisser porter au gré des airs.

16 ans de différence

Prineus Trobada 1999

En  février 1.999 le Tombouctú, le petit ballon de Lourdes Alemany, décollait de Talló pour un vol de traversée de montagnes.

P1100644.JPG

en décembre 2015, 16 ans après, le Tombouctú décolle du même endroit pour un vol de traversée de montagnes.

Seuls on changé les ballons participants.

Beau ballon, bonne construction, on vole vraiment bien avec ce bel et bon vieux petit ballon.

Je suis trés content de pouvoir le piloter et voyager en l’air avec.

Ascension du 6 décembre.

Le jour aprés du vol en altitude, on fait une ascension en vallée de Cerdagne avec le ballon de Fernando.

Décollage de l’aérodrôme de Cerdagne. Il fait un peu de froid. Trois ballons nous accompagnent à l’heure du gonflage.

On sait que les participants du PBC décollent du terrain de Talló.

Gonflage tranquille, décollage en douceur, on se laisse porter par une petite brise qui nous porte vers Talló où on aperçoit le gonflage des ballons du PBC.

La brise s’arrête à Sampsor et on décide de monter en altitude.

Petit à petit on monte jusqu’à 3.000mts. Trés froid. Là haut la vue merveilleuse. Il y a pas de vent. Seule une petite brise brise de tendance NE nous fait avancer jusqu’à Riu où après un essai de monter à Torreilles on se pose en douceur sur le terrain où Pere nous attend.

Ascension fraîche (froide!) et lumineuse. En trés bonne compagnie. J’aime bien faire comme ça du ballon

Merci à Angie et à Rafael à Sylvie et Jean Paul pour le partage du moment et la confiance.

Merci aussi pour le dessin.

IMG_20151214_173901 (2)

En l’air et autres chroniques d’altitude

Je viens de recevoir  un exemplaire du livre « En l’air et autres chroniques d’altitude » de Guy de Maupassant edité en 2007 par Les Éditions du Sonneur

Commenter que Maupassant n’a pas utilisé d’images pour transmettre ses impressions des voyages en ballon.

Peut-être nous on abuse un peu en notre façon de montrer notre monde, nos vies, nos exploits en prenant autant d’images et en les diffusant un peu partout.

Peut-être on devrait commencer à écrire et décrire un peu.

Une image de la couverture du livre (!!!)

220_____Maupassant_1_2

J’aurais pu (dû) la décrire en mots écrits.